Playback speed
×
Share post
Share post at current time
0:00
/
0:00
14

Un exemple de "Quebec Bashing"

"Je déteste le Québec... à cause du français"
14

Voici une petite vidéo spontanée que j’ai fait aujourd’hui. Elle pourra servir de discussion pour animer l’un de nos cours!

Transcription de la vidéo

Je suis tombé sur quelque chose d'assez drôle. Étant donné que je regarde beaucoup de vidéos sur les langues, sur le Québec, sur Montréal, je suis tombé sur un exemple typique de Québec Bashing.

C'est la première fois que j'entends quelqu'un de façon aussi décomplexée basher le Québec. Surtout que c'est quelqu'un qui a vécu au Québec pendant longtemps, je pense qu'il dit qu'il a grandi ici et qu'il a décidé, après tant de haine pour cette province et cette ville et le Canada au complet, il a décidé de s'en aller vivre aux États-Unis, plus précisément en Floride.

Donc, on va regarder ça ensemble, j'ai trouvé ça assez incroyable. Le titre de cette vidéo, c'est Why Living in Quebec Sucks.

La nourriture!

Ce qui est intéressant, souvent les gens qui vont se plaindre d'un endroit, ils commencent par dire qu'ils connaissent l'endroit très bien. Puis ensuite, on se rend compte qu'ils, finalement, qu'ils ne connaissent pas tellement bien. Donc, on va aller à sa première raison.

Donc, sa première raison pour détester le Québec, c'est la nourriture québécoise, mes amis. La nourriture québécoise! Parce qu'on sait très bien que les Québécois mangent principalement de la poutine, des tourtières, du jambon à l'érable, comme il dit, et de la tarte au sucre.

Ah oui, c'est en fait, ce matin, j'ai déjeuné avec une tarte au sucre. Je suis en train de penser à ma poutine du midi, et ce soir, je vais terminer tout ça par un repas typique de la cabane à sucre!

C'est complètement fou, parce que tous les endroits dans le monde ont leur junk food, on leur malbouffe. Et si le mec est allé vivre aux États-Unis, en Floride, je pense qu'on peut en reparler.



Donc, c'est n'importe quoi. C'est ce qu'on dit en français, c'est n'importe quoi.

On va aller voir sa raison numéro 2.

La météo

Ok, on va en reparler de ça.

Une vidéo faite il y a 3 ans, il dit qu'on peut avoir de la neige jusqu'à huit mois par année. Huit mois par année. Maintenant, avec les changements climatiques, on en a un peu une petite bordée de neige en novembre. Ensuite, en général, ça fond. Parfois, il n'y en a même pas en décembre. Ça commence en janvier et ça peut aller jusqu'en avril, c'est sûr.

Bon, c'est une question de goût. Il n'y a personne qui va dire que la météo au Québec est incroyable, qu'on habite ici pour d'autres raisons. Mais pour moi, je n'aime pas tellement la chaleur non plus. Donc, l'idée d'habiter en Floride avec six mois d'un été, d'une chaleur insupportable, pour moi, c'est pire que d'habiter dans un pays nordique.

Bon, allez voir c'est quoi sa troisième raison.



Le français

Le niveau de stupidité de cette vidéo est assez incroyable!

Ce qui est intéressant c’est qu’il commence par dire qu’il admire le fait que les Québécois ont réussi à garder leur langue, que ça soit vraiment génial qu’il y ait un coin de l'Amérique du Nord où l'on parle encore français et qu'il ait eu la chance d'apprendre le français, de le parler quotidiennement comme il disait quand il habitait ici.

Mais ensuite, tout est dit que les lois linguistiques qu'on a au Québec qui forcent les gens à parler le français sont arriérées et qu'on ne devrait pas les avoir si on écoute un peu plus loin. En gros, c'est ce qu'il dit.

Mais il y a comme une contradiction dans tout ça, finalement. C'est qu'on a ces lois, d'accord, et on a réussi à garder notre langue. Peut-être qu'il y a un lien de cause à effet ici.

Avant, la raison pour laquelle la culture canadienne-française était si forte, c'était le taux de natalité. Les familles de dix, douze personnes de Québécois étaient très communes. D'ailleurs, mes grands-parents étaient d'une famille de douze personnes de chaque côté à peu près. Et même de la génération de mon père, dans la famille de mon père, ils sont six enfants, six frères et soeurs. Et du côté de ma mère, trois.

Donc, on est passé d'un taux de natalité très fort à un taux plus bas. Et ce qu'il dit en fait, c'est qu'on ne devrait pas forcer les gens à parler le français. Mais en fait, si on ne les force pas à parler le français, quelles langues est-ce qu'ils vont parler? L'anglais.

Ces lois arriérées, comme il dit, en fait, c'est ce qui garde la vitalité de la langue française au Québec. En tout cas, c'est une des raisons les plus importantes qui ont fait qu'on a réussi à garder notre langue dans les dernières années, dans les 20, 30, 40 dernières années. Et c'est toujours un combat. Donc, si on laisse aller les choses, les forces du marché vont l'emporter.

On peut voir ce qui se passe ailleurs, finalement. Ce qui s'est passé en Louisiane, ce qui s'est passé à Hawaï, ce qui s'est passé à tous les endroits où il y a eu une langue dominante et où on a empêché l'enseignement d'une langue ou on n'a juste pas encouragé l'usage de cette langue.

Donc, c'est très compliqué, les questions linguistiques. Mais clairement, cette personne ne sait absolument pas de quoi elle parle. Et c'est vraiment assez représentatif du Québec Bashing. C'est de critiquer une langue qu'on ne comprend pas vraiment. Si on est tellement heureux d'avoir un endroit en Amérique du Nord qui parle français, il faut aussi faire quelque chose pour le garder. Et oui, ça passe par certaines lois qu'on peut juger un peu strictes, mais qui fonctionnent. Parce que sinon, c'est le glissement naturel vers l'anglais et c'est ce qu'on voit ailleurs.



Les routes

Ici, je pense que tout le monde peut être d'accord avec ça. Les travaux au Québec, particulièrement à Montréal, peuvent être assez agaçants parce qu'il y en a souvent, ils sont interminables. On a l'impression que l'état des routes continue à se détériorer constamment. On n'a pas vraiment de réponse pourquoi. Est-ce que c'est le climat? Est-ce que c'est l'incompétence? Peu importe. Moi, j'avoue que ça ne me dérange pas tellement parce qu'en ville, je me déplace surtout à pied, à vélo, en métro.

Et donc, j'utilise seulement la voiture pour sortir de la ville. Et quand je sors de la ville, ce n'est pas vraiment un problème. Je trouve que le problème est plus à Montréal, dans la ville de Montréal. Qu'est-ce que vous en pensez de ce Québec bashing? Est-ce que vous êtes d'accord que toutes ces raisons sont de bonnes raisons pour aller vivre ailleurs, pour aller vivre aux États-Unis, pour quitter le Québec, pour ne pas venir s'installer ici, plutôt aller chez nos voisins du sud? J'attends vos commentaires.

Leave a comment

14 Comments
French With Frederic
Learn Quebec French
Immerse yourself in French content! We bring you modern French with a Quebecois focus.